Boutique

Vous entrez dans une boutique qui est aussi une galerie de mon travail. 

Vous devez prendre contact pour faire un achat ou demander le prix exact d'un article. 

Un prix de départ est indiqué la majorité du temps mais il est soumis à modification en fonction des options souhaitées.


Aiguillettes
Lacet en coton avec 2 ferrets métalliques au bout.
Indispensable pour fermer de nombreux vêtements, faire tenir des chausses ou attacher des pièces d'armures.
Aiguillettes en lin ciré
Aiguillette composée d'un cordon de lin ciré à la cire d'abeille (le cordon n'est pas tressé à la main) et 2 ferrets en laiton.
Utilisé pour l'équipement d'un homme en armure selon un manuscript anglais de 1450 "How a man schall be armyd at his ese when he schal fighte on foote" - Hastings MS. [f.122b].

Une aiguillette est un genre de lacet / attache, indispensable pour fermer de nombreux vêtements, faire tenir des chausses ou attacher des pièces d'armures.

Longueur standard : 30cm

Options possibles :
- ferret métallique argenté
Aiguillette type 2
Modèle économique :
Aiguillette composée d'un cordon en laine tressé au doigt (historique) et 2 ferrets en laiton.
Une aiguillette est un genre de lacet / attache, indispensable pour fermer de nombreux vêtements, faire tenir des chausses ou attacher des pièces d'armures.

Longueur standard : 30cm

Options possibles :
- ferret métallique argenté
Applique Fleur de lys
Dimensions :12 x13 mm
Date : 1400-1500
Applique
Diamètre : 20 mm
Trou : 4 mm
Proche d'une trouvaille en Angleterre - 15e siècle
Applique fleur 6 pétales
Diamètre 16mm
Trouvaille en Angleterre 14-15e siècle
Applique rectangulaire
Dimensions : 37 x 12 mm
Retrouvée sur une ceinture de chevalier, Slovaquie 1350-1450
Aumonière
On trouve des poches aumônières sur une longue période du Moyen-Âge, du 12e au 15e, peut être plus tôt encore.
La plus répandue est de forme rectangulaire, avec 2 cordons de serrages qui passent dans la trame du tissu.
Des pompons viennent très souvent orner les coins et les extrémités des cordons.
Mixte au 13e siècle, elle deviennent plus couramment portés par les femmes au 14e siècle.
Elles se portent entre la robe intérieur et extérieur le plus souvent, c'est pourquoi elle est souvent dissimulés dans les représentations.
Le port des aumônières serait discutables sur de bas statuts.
Ceinture pour robe à tassel
Ceinture large utilisée au cours du 15e siècle pour les femmes portant des robes à tassel (2ème moitié 15e siècle).
La largeur semble se située entre 5 et 10cm.
La boucle et le ferret (pièce métallique au bout de la ceinture) peuvent être très ouvragés et constituer de vrais bijoux.
Les oeillets sont souvent encadrés par des pièces métalliques décoratives trouées.
La sangle peut être de différente matières (bande tissée, soie, velours, cuir).

La ceinture de la photo est constituée d'une âme en cuir enrobée dans une gaine de velours de coton (au lieu de velours de soie).
Les coutures sont non apparentes, le set boucle et ferret ont été réalisée sur mesure en laiton poli.

Me contacter pour une commande sur mesure, largeur, couleur, matière, boucle et décorations au choix.



Bannière
Aussi appelée gonfanon, elle apparaît avec 2 ou 3 pointes bien qu'elle puisse être aussi rectangulaire.
Dans les sources du 13è siècle elle semble attachée par des lacets à la hampe d'une lance.
Je réalise ces bannières en lin, le plus souvent avec des motifs appliqués (tissu coupé puis cousu), ou lorsqu'il y a plus de détails par peinture.

Options possibles :
- emblème sur 1 ou 2 faces
- 2 ou 3 pointes
- autre tissu possible : soie, coton
- couture apparente faites main
Bannière rectangulaire
Bannière qu'on retrouve sur le 14e et 15e siècle.
Elles peuvent s'accrocher à la hampe sur un côté vertical mais peuvent aussi avoir une accroche horizontal qui se rajoute.
Le tissu est alors bien tendu même sans vent.
On peut les orner de franges sur leur bords et d'une longue bande de tissu sur le haut qui vole au vent (pas de réalisation à vous montrer pour l'instant).

Je réalise ces bannières en lin, le plus souvent avec des motifs appliqués (tissu coupé puis cousu), ou lorsqu'il y a plus de détails par peinture.

Options possibles :
- emblème sur 1 ou 2 faces
- ajout d'une accroche horizontale
- franges sur les bords
- bande de tissu volante
- autre tissu possible : soie, coton
- couture apparente faites main
Bannière écu
Format de bannière non sourcée, fréquemment utilisée par les compagnies médiévales.
Je réalise ces bannières en lin, le plus souvent avec des motifs appliqués (tissu coupé puis cousu), ou lorsqu'il y a plus de détails par peinture.

Options possibles :
- emblème sur 1 ou 2 faces
- Type d'attache : tunnel, passants (créneaux), lacets
- Autre tissu possible : soie, coton
Baudrier "langue de Serpent"
Voici un modèle de baudrier représenté dans de nombreuses sources du 13ème siècle, et dont nous avons un vestige (l'épée de Sancho IV de Castille).
Le modèle en photo a été adapté à un fourreau d'épée déjà existant.
La fermeture couramment appelé "langue de serpent" se fait en nouant les 2 lanières dans les passants opposés.

Cuir tanné végétal
Couture au point sellier (au lieu d'un laçage par rapport à l'épée de Sancho).

Options : Customisation possible sur le cuir
Petite bobine en bois
Pour coudre sur campement façon histo.
Dimensions : 4,5 cm de haut
Boucle B1
Dimension : 42 x 26 mm
Passage sangle : 13 mm
Découverte dans les fouilles de Londres 1350-1450
Boucle B2
Dimensions : 4,2 x 3,3 mm
Passage sangle : 1,7 mm
Angleterre 1350-1650
Boucle B3
Dimensions : 50 x 37 mm
Passage de sangle : 18 mm
Fouille d'Angleterre & Musée Churburg 1350-1500
Boucle B4
Dimensions : 32 x 39 mm
Passage de sangle : 18 mm
Fouilles d'Angleterre 1350-1500
Boucle 5
Dimensions : 50 x 56 mm
Passage de sangle : 28 mm
Gisant Allemagne / Belgique "Egidius de Hamal" 1354
Boutons
Boutons simple, courant pour toute la période du Moyen-Age.
Disponible en couleur laiton et étain.

Prix : 1.40€
Braies
Braies mi-longues en lin.
Présence de 2 oeillets laissant apparaître le cordon de ceinture pour y venir nouer des chausses séparées.

Option possible :
- coutures apparentes faites à la main
Broche
Fouille archeologique Angleterre, Pologne,
Chausses séparées tardives
Ces chausses ne s'attachent plus aux braies mais au doublet / pourpoint porté sur le haut par un systeme d'oeillets et d'aiguillettes.
Elles sont toujours séparées mais sont beaucoup plus enveloppantes et laissent moins apparaître les braies.

Options possibles :
- coutures apparentes faites à la main
- ajout d'étriers ou pieds pleins
- option éco (pas histo mais pas visible) : Remplacement des oeillets par un long passant côté intérieur pour faire tenir les chausses par une ceinture.
Broche celtique - pennanulaire
La broche celtique, appelée broche pénannulaire est ancienne, elle est présente dés l'âge du fer jusqu'à la fin du 11e siècle.

Cette broche ovale s'inspire d'une broche du British Museum retrouvée en Lettonie entre le 10e et 11e siècle.
Broche circulaire gravé
Diamètre externe 31 mm
Diamètre interne 18 mm
Trouvailles archéologique Pologne 1250-1400
Broche losange
Dimensions : 37 x 36 mm
Intérieur : 20mm
Fouilles archéologiques Slovénie 1250-1400
Broche à 6 lobes
Diamètre externe 43 mm
Diamètre interne 35 mm
Fouilles archéologique d'Allemagne 1250-1400
Cale 3 parties
Cale en lin, courante à partir du 13è siècle.
Peut s'attacher sous le menton. Se porte seule ou associée à une autre coiffe (chapeau de paille, chaperon, etc).

Celle ci est réalisées en 3 morceaux, pour épouser au mieux la forme du crâne.
Cape 3/4 de cercle
Cape en laine formant un 3/4 de cercle, elle possède donc de l'ampleur et un beau tombé.
Réservé à des statuts relativement aisés jusqu'à noble.

Options possibles :
- Avec ou sans doublure
- Systeme d'attache : boutons, lacet, fermoir métallique
- Coutures apparentes faites main
Cape demi-cercle
Au 13ème siècle, le mantel est une cape en forme de demi cercle sans tour de cou (contrairement à la photo).
Il est réservé aux nobles pour montrer leur statut, c'est un vêtement d'apparat.
Pour les hommes la longueur peut se situer entre mi mollet et chevilles.
On peut le combiner à un chaperon de la même couleur (signe de richesse).
La cape se ferme par un cordon ou un ruban tissé et noué de chaque côté de l'ouverture.
Selon la position de la fermeture on peut créer une capuche avec le pli du tissu.

Le mantel sera généralement en laine doublé de fourrure ou soie.
Pour des statuts royaux ou des occasions particulières (ex: couronnement) on peut avoir de la soie ou du brocart de soie en extérieur.

Options possibles :
- coutures apparentes faites main
- doublure particulière (fourrure, brocart)
- tissu extérieur autre que laine (soie, brocart)
Ceinture demi-ceint
Le demi-ceint est une ceinture féminine emblématique du 15e siècle, mais qui se retrouve dés le 13è siècle pour continuer à exister durant la Renaissance.
Elle peut être en cuir, tissée en laine ou soie, ou bien encore en cuir gainée de velours. A chacune de ses extrémités 2 pièces métalliques appelées "capsulae" plus ou moins ouvragées viennent se rattacher par une chaînette. Le réglage se fait par un crochet directement sur la chaîne qui peut être longue et terminée par un pendant décoratif à son extrémité.

Réalisation sur commande et sur mesure.
Ceinture gamboisée
Ceinture conçue pour le combattant souhaitant attacher ses jambes d'armure de façon confortable.
Elles sont vendues "nues". Sur demande je peux coudre des patchs en cuir à votre convenance pour y fixer vos cuissots d'armure.

Elles possèdent 2 boucles à rouleaux permettant de régler rapidement la ceinture à votre taille.
Le cuir employé pour la fermeture est tanné végétal et cousu main pour une solidité à tout épreuve.
Chaperon turban
Chaperon en vogue sur la 2ème moitié du XVème siècle.
Chaperon "turban" à cause du boudin qui lui sert de support.
En réalité il se rapproche plus d'un chapeau, résultat de la mode précédente où porter son chaperon par l'ouverture de tête avec le bord roulotté était de bon goût !

Option possible :
- Bordure décorée avec découpe particulière (feuilles de chênes, créneaux, etc)
Chaperon 13ème
Modèle de chaperon porté au 13ème siècle, relativement court et sans cornette (= queue au bout du chaperon plus ou moins longue).
Il est porté chez les hommes et les femmes, dans toutes les classes de la société, les matières utilisées indiqueront le statut.

Options possibles :
- avec ou sans doublure
- coutures apparentes faites main
Chaperon Homme 15eme
Chaperon porté au 14ème et 15è siècle.
Il possède une cornette assez longue, et s'allonge par rapport au chaperon typique du 13e siècle afin de recouvrir les épaules.
Il peut être orné de découpes sur les bords de formes diverses. Il est très à la mode dans la 2eme moitié du 14e siècle et au début du 15e siècle.
On peut le porter de plusieurs façons, notamment comme un chapeau.
On le voit porté par toutes les classes sociales mais passé 1450, il se retrouve surtout chez les personnes plus âgée ou de statut moyen à bas.
La mode ayant évolué vers le chaperon "turban" à la cour.

Options possibles :
- Avec ou sans doublure
- Coutures apparentes faites à la main
- Broderies (14e) ou points décoratifs
- découpe particulières (créneaux, vaguelettes, feuille de chêne, etc)
Chaperon femme 14ème
Ce type de chaperon est typique du 14ème siècle. Il est ajusté et se boutonne sur l'avant.
Il peut être d'une seule couleur ou mi-parti (bicolore).

Option possibles :
- avec ou sans doublure
- boutons métalliques ou en laine
- coutures apparentes faites à la main
Chaperon femme 15ème
Ce chaperon est caractéristique du 15ème siècle pour les femmes.
Il se porte ouvert sur l'avant et ne possède plus de boutons. On peut venir l'épingler sur la robe de chaque côté de l'ouverture.
Il possède une cornette assez longue (environ 1,10m) qui peut être plus ou moins large.
On le voit souvent porté avec le bord de la visagière rabattue tout autour de la tête.
Dans les nombreuses enluminures qui le représente la doublure (s'il y en a une) est de la même couleur que la laine.

Par défaut je les réalise doublés dans la même laine (je sélectionne une laine qui ne gratte pas).
Option possible :
- sans doublure (pour finition couture main uniquement)
- avec doublure lin
Chausses séparées
Ces chausses sont courantes au 13e siècle mais perdurent jusqu'au 15e siècle pour certains statut / pays.
Elles s'attachent à la ceinture des braies au 13e siècle, et plus tard au vêtement de dessus.
Elles sont dites rondes car l'ouverture est de forme arrondie.

Options possibles :
- coutures apparentes faites à la main
- ajout d'étriers ou pieds pleins
Chausses à pont levis
Les chausses à pont levis, autrement appelé "à plein fond", apparaissent au 15e siècle.
Elles sont taillées dans le biais du tissu pour obtenir un tissu suffisamment élastique pour épouser la forme des jambes.
Elles peuvent avoir des étriers (bande de tissu passant sous le pied) ou des pieds pleins.
Ces chausses ont plusieurs paires d'oeillets le long de la ceinture afin de pouvoir les attacher au doublet / pourpoint qu'on porte par dessus la chemise.
Elles sont rarement bicolores au 15e siècle. Mais plusieurs sources montrent des cuisses ornées de décorations le plus souvent dorées pour des statuts nobles.

Options possibles :
- doublure lin jusque mi cuisse
- couture apparentes faites à la main
- pas d'oeillets le long de la ceinture (modèle plus économique)
- ajout d'étriers ou pieds pleins
- ajout d'une décoration sur la cuisse
Epingle
Epingle en laiton.
Fabrication par un artisan Belge.
Chemise Homme 14/15ème
Chemise valable pour le 14e et 15e siècle.
Différente formes de col sont possibles, avec amigaut (fente), col en v, col rond.
La forme est trapézoïdale avec le bas qui s'évase.
Possibilité d'avoir les côtés fendus.

Options possibles :
- Coutures apparentes faites à la main
- Col en V ou avec amigaut
- Fentes sur les côtés
- Matière : lin (blanchi ou naturel), chanvre, soie
Chemise Femme
La chemise se porte tout au long du Moyen Age.
Son ampleur et donc le nombre de godet peut varier en fonction du statut de son porteur.
Les manches et cols s'adaptent à la mode des vêtements portés par dessus.

Options possibles :
- Coutures apparentes faites à la main
- Col rond, en V ou avec amigaut
- Matière : lin (blanchi ou naturel), chanvre
Chemise femme sans manches
Chemise sans manches sourcée 2eme moitié 14e et 15e siècle.
Interprétation simple par rapport aux sources à disposition.
Il existe un haut de chemise daté de la fin du 15e siecle qui a été retrouvée et conservé.
Il est assez complexe et joue un vrai rôle de soutien pour la poitrine mais on peut supposer qu'il existe des modèles plus simples lorsqu'on observe l'ensemble des représentations.
La chemise est cintrée par une ceinture en lin ajustable par une aiguillette.
On observe alors un plissage naturel formé par le cintrage.

Sources :
Codices vindobonenses 2759-2764- Bibliothèque nationale d'Autriche - Vienne
Codex de Jenský Rep. Tchèque, IV.B.24, f. 78v - 1490-1510
Castle Ranis, Thuringen (Germany) - Chemise daté du 14e siecle retrouvée, photographiée puis perdue.

Options possibles :
- Coutures apparentes faites à la main
- Col rond, en V ou avec amigaut
- Matière : lin (blanchi ou naturel), chanvre
- Bretelle plus fines
- Broderie

Prix : A partir de 65€
Coiffe de Ste Brigitte
Coiffe présente dés le 13e siècle et qu'on suppose encore portée durant le 15e siècle. C'est un peu l'équivalent de la cale masculine pour les femmes.
Une coiffe a été retrouvée lors de la découverte d'une relique attribuée à Ste Brigitte d'où cette appellation couramment employée de nos jours.
Elle est datée de la fin du 13e siècle.
La coiffe retrouvée est ornée de plusieurs broderies dont un point de chevrons entrelacé.

Options possibles :
- Avec ou sans broderie
- Coutures apparentes faites main
Coiffe nouée
dfsdf
tyrertetert
sdfsdf
Cottehardie
L'intitulé exact de ce vêtement n'est pas réellement connu.
On emploi souvent le terme cottehardie à notre époque pour le désigner, bien qu'on ne sache pas avec exactitude à quoi il fait référence dans les sources.
Durant la 2ème moitié du 14e siècle les vêtement se raccourcissent et deviennent plus cintrés.
La cottehardie est ajustée et boutonnée sur l'avant et les avant bras.
Couleur unie ou mi parti (bicolore) possible.

Options possibles :
- Avec ou sans doublure
- Boutons en tissu ou métallique
- Coutures apparentes faites main
Houppelande homme
La houppelande est un surcot qui se porte durant la 2e moitié du 14e siècle jusqu'au début du 15e siècle.
Elles sont particulièrement à la mode entre 1490 et 1410.

La forme des manches évoluent, on en trouve des large droites qu'on peut replier sur le bras pour montrer la doublure et les manches du pourpoint.
Les plus emblématiques sont les manches qui s'évasent en une très large ouverture, d'autre peuvent se resserrer d'un seul coup sur le poignet.
La longueur est variable, on en trouve avec des ouvertures au col, sur toutes la longueur ou bien sans ouvertures.
Le col de la houppelande change beaucoup, de inexistant à démesuré. Au sommet de la mode il est extrêmement long jusqu'à touché le menton, voir les oreilles.
Elles peuvent être décorées d'appliques en laiton, et emblèmes.

Sources :
- Tacuinum sanitatis - Cod.Vindob. S. n.2644,folio 67r. (1390)
- La Houppelande de Jean de Görlitz

Options possibles :
- longueur, col, ouverture, manches variables
- matières : laine, soie, velours
- doublure : soie, fourrure, lin, blanchet
- coutures apparentes faites main

Cotte d'armes
La cotte d'armes est un surcot militaire qu'on passe par dessus son armure.
On parle aussi de tabard, mais dés qu'il y a présence d'armoiries le terme cotte d'armes semble plus approprié.

Au 13e siècle, les cotte d'armes sont assez longues à hauteur de genoux, elles possèdent une fente centrale sur le devant et le dos.
Elles sont majoritairement sans manches mais il existe quelques représentation à manches courtes.

Options possibles :
- Avec ou sans doublure
- Matière : laine, soie, lin, futaine, coton
- Coutures apparentes faites à la main
- Armoiries peintes, appliqués (coupés puis cousus) ou brodés
Interface cuir pour casque
Pièce de cuir courante sur les bascinets.
Elles permettent de relier le casque à la maille du colletin.

Réalisations sur mesure, avec ou sans décoration, nécessitant l'envoi du casque pour le travail.
Cotte 13ème noble Homme laine
La cotte (tunique) se porte par dessus la chemise.
Elle est de coupe ample et possède des manches qui sont ajustée sur l'avant bras par de petits boutons.
Pour un noble, elle sera longue (chevilles) et ample, réalisée dans une laine de teinte saturée doublée de soie.
Historiquement, elle se porte blousée au niveau de la ceinture, celle-ci sera dissimuler dans les plis du tissu.
On la voit souvent fendue sur l'avant et le dos au centre.
Le col est ajusté est possède un amigaut (fente pour laisser passer la tête) qu'on vient refermer par une fibule.

Options possibles :
- Avec ou sans doublure (moins historique)
- Coutures apparentes faites main
- Diminution ou augmentation de l'ampleur totale