Boutique

Vous entrez dans une boutique qui est aussi une galerie de mon travail. 

Vous devez prendre contact pour faire un achat ou demander le prix exact d'un article. 

Un prix de départ est indiqué la majorité du temps mais il est soumis à modification en fonction des options souhaitées.


Cottehardie
L'intitulé exact de ce vêtement n'est pas réellement connu.
On emploi souvent le terme cottehardie à notre époque pour le désigner, bien qu'on ne sache pas avec exactitude à quoi il fait référence dans les sources.
Durant la 2ème moitié du 14e siècle les vêtement se raccourcissent et deviennent plus cintrés.
La cottehardie est ajustée et boutonnée sur l'avant et les avant bras.
Couleur unie ou mi parti (bicolore) possible.

Options possibles :
- Avec ou sans doublure
- Boutons en tissu ou métallique
- Coutures apparentes faites main
Cotte 13ème noble Homme laine
La cotte (tunique) se porte par dessus la chemise.
Elle est de coupe ample et possède des manches qui sont ajustée sur l'avant bras par de petits boutons.
Pour un noble, elle sera longue (chevilles) et ample, réalisée dans une laine de teinte saturée doublée de soie.
Historiquement, elle se porte blousée au niveau de la ceinture, celle-ci sera dissimuler dans les plis du tissu.
On la voit souvent fendue sur l'avant et le dos au centre.
Le col est ajusté est possède un amigaut (fente pour laisser passer la tête) qu'on vient refermer par une fibule.

Options possibles :
- Avec ou sans doublure (moins historique)
- Coutures apparentes faites main
- Diminution ou augmentation de l'ampleur totale
Doublet sans manches
Pourpoint sans manche, 2ème partie du 15e siècle.
Bien que ce vêtement soit apprécié par les reconstituteurs lors de grosses chaleurs, on le voit assez rarement représenté.
Il est porté par dessus la chemise. On le voit porté par des ouvriers (paysan, mineurs, bourreau) effectuant des tâches salissantes.

Option possible :
- avec ou sans doublure
- coutures apparentes faites main
- avec ou sans oeillets pour attacher les chausses
Doublet simple
Le doublet, appelé aussi pourpoint ou gippon en fonction des époques, lieux et classes sociales peut avoir plusieurs formes.
Ici je vous présente un doublet simple assez court (2ème moitié du 15è siècle).
Le doublet se porte par dessus la chemise mais il est très souvent dissimulé par la robe/surcot du dessus.

Exemplaire en stock :
Laine doublé lin.
Couture apparentes et oeillets faits à la main au fil de lin.
8 aiguillettes faites main.
Taille M/L (me mp pour les mesures exactes).

Options possibles :
- avec ou sans doublure
- coutures apparentes faites à la main
- ouverture des manches avec laçage
- oeillets pour attacher les chausses
Doublet à Maheutres
Le doublet, gippon ou encore pourpoint (le vocabulaire médiéval est souvent incertain) à maheutres est fréquemment représenté à partir de 1450.
Les maheutres font référence au rembourrage présent sur les épaules. Elles accentuent la silhouette en V du corps et donne forme aux robes qui se portent par dessus.
On va le retrouver dans plusieurs pays d'Europe mais la mode Italienne comme souvent aura ses exceptions (pas de rembourrage).

Il semble qu'il y ait plusieurs coupes différentes en fonction du lieu et des années.
On le voit représenté ouvert sur la chemise à l'avant et sur les manches (jusqu'à remonter aux maheutres), avec un laçage s'adaptant pour que le doublet soit très proche du corp.
Mais on peut aussi le trouver moins ouvert avec les bord du col se rejoignant. Les représentations dans les manuscrits le montre souvent recouvert de la robe du dessus qui cache de nombreuse parties du vêtement.

Options possibles :
- Matière : laine, brocart, soie
- Avec ou sans doublure
- Coutures apparentes faites à la main
- Type de laçage / nombre d'oeillets
- Coupe fermée ou ouverte sur la chemise
Tunique, Cotte 14-15ème
La cotte est portée par tous les statuts avant l'apparition du pourpoint vers 1360.
La longueur des vêtements se raccourcit progressivement entre le genou et mi cuisse.
Et la coupe devient plus cintrée qu'au 13e siècle sur le buste avec un évasement qui part de la taille/hanche.
Le col peut être rond, fendu ou boutonné.
Les manches peuvent être boutonnée sur les avant bras ou droites mais ajustée.
L'ampleur de la manche au dessus de l'avant bras devient de taille normal et n'est plus particulièrement ample comme au 13e siècle.

Options possibles :
- Avec ou sans doublure
- Coutures apparentes faites main
- Col rond, fendu, boutonné
- Manche simple ou boutonnée
- Fente central devant et dos

Source :
- cotte de l'homme de Bocksten
- Psautier de Luttrell
- Livre des propriétés des choses (Paris, Bibl. Sainte-Geneviève, ms. 1029°
Tunique Kragelund
Reproduction de la tunique de Kragelund (1100) retrouvée à Viborg au Danemark.
Cotte
La cotte (tunique) est un vêtement en laine parfois doublé, se portant par dessus la chemise.
Au 13e siècle, elle arrive aux genoux pour les statuts modestes.
Elle a une coupe bien ample et se porte blousée à la ceinture.
Le col est ajusté et peut avoir plusieurs système de fermeture. Le plus courant étant l'amigaut (fente centrale) se fermant par une broche ou un lacet.
Les manches, amples en partant de l'épaule, sont ajustées sur l'avant-bras. Selon le statut elle peuvent se fermer par des boutons, un laçage discret ou rien (statut les plus modestes).
Historiquement, elle se porte blousée au niveau de la ceinture, celle-ci sera dissimulée dans les plis du tissu.
Elle peut être fendue sur l'avant et l'arrière.

La cotte continuera a existé au 14e et 15e siècle avec quelques modifications (forme des manches, ampleur, col), pour les statuts modestes.

Options possibles :
- Avec ou sans doublure
- Coutures apparentes faites main
- Diminution ou augmentation de l'ampleur totale
- Col : rond, rond fendu (le plus courant et représenté), boutonné