Boutique

Vous entrez dans une boutique qui est aussi une galerie de mon travail. 

Vous devez prendre contact pour faire un achat ou demander le prix exact d'un article. 

Un prix de départ est indiqué la majorité du temps mais il est soumis à modification en fonction des options souhaitées.


Braies
Braies mi-longues en lin.
Présence de 2 oeillets laissant apparaître le cordon de ceinture pour y venir nouer des chausses séparées.

Option possible :
- coutures apparentes faites à la main
Chausses séparées tardives
Ces chausses ne s'attachent plus aux braies mais au doublet / pourpoint porté sur le haut par un systeme d'oeillets et d'aiguillettes.
Elles sont toujours séparées mais sont beaucoup plus enveloppantes et laissent moins apparaître les braies.

Options possibles :
- coutures apparentes faites à la main
- ajout d'étriers ou pieds pleins
- option éco (pas histo mais pas visible) : Remplacement des oeillets par un long passant côté intérieur pour faire tenir les chausses par une ceinture.
Chaperon Homme 15eme
Chaperon porté au 14ème et 15è siècle.
Il possède une cornette assez longue, et s'allonge par rapport au chaperon typique du 13e siècle afin de recouvrir les épaules.
Il peut être orné de découpes sur les bords de formes diverses. Il est très à la mode dans la 2eme moitié du 14e siècle et au début du 15e siècle.
On peut le porter de plusieurs façons, notamment comme un chapeau.
On le voit porté par toutes les classes sociales mais passé 1450, il se retrouve surtout chez les personnes plus âgée ou de statut moyen à bas.
La mode ayant évolué vers le chaperon "turban" à la cour.

Options possibles :
- Avec ou sans doublure
- Coutures apparentes faites à la main
- Broderies (14e) ou points décoratifs
- découpe particulières (créneaux, vaguelettes, feuille de chêne, etc)
Chausses séparées
Ces chausses sont courantes au 13e siècle mais perdurent jusqu'au 15e siècle pour certains statut / pays.
Elles s'attachent à la ceinture des braies au 13e siècle, et plus tard au vêtement de dessus.
Elles sont dites rondes car l'ouverture est de forme arrondie.

Options possibles :
- coutures apparentes faites à la main
- ajout d'étriers ou pieds pleins
Chemise Homme 14/15ème
Chemise valable pour le 14e et 15e siècle.
Différente formes de col sont possibles, avec amigaut (fente), col en v, col rond.
La forme est trapézoïdale avec le bas qui s'évase.
Possibilité d'avoir les côtés fendus.

Options possibles :
- Coutures apparentes faites à la main
- Col en V ou avec amigaut
- Fentes sur les côtés
- Matière : lin (blanchi ou naturel), chanvre, soie
Cottehardie
L'intitulé exact de ce vêtement n'est pas réellement connu.
On emploi souvent le terme cottehardie à notre époque pour le désigner, bien qu'on ne sache pas avec exactitude à quoi il fait référence dans les sources.
Durant la 2ème moitié du 14e siècle les vêtement se raccourcissent et deviennent plus cintrés.
La cottehardie est ajustée et boutonnée sur l'avant et les avant bras.
Couleur unie ou mi parti (bicolore) possible.

Options possibles :
- Avec ou sans doublure
- Boutons en tissu ou métallique
- Coutures apparentes faites main
Houppelande homme
La houppelande est un surcot qui se porte durant la 2e moitié du 14e siècle jusqu'au début du 15e siècle.
Elles sont particulièrement à la mode entre 1490 et 1410.

La forme des manches évoluent, on en trouve des large droites qu'on peut replier sur le bras pour montrer la doublure et les manches du pourpoint.
Les plus emblématiques sont les manches qui s'évasent en une très large ouverture, d'autre peuvent se resserrer d'un seul coup sur le poignet.
La longueur est variable, on en trouve avec des ouvertures au col, sur toutes la longueur ou bien sans ouvertures.
Le col de la houppelande change beaucoup, de inexistant à démesuré. Au sommet de la mode il est extrêmement long jusqu'à touché le menton, voir les oreilles.
Elles peuvent être décorées d'appliques en laiton, et emblèmes.

Sources :
- Tacuinum sanitatis - Cod.Vindob. S. n.2644,folio 67r. (1390)
- La Houppelande de Jean de Görlitz

Options possibles :
- longueur, col, ouverture, manches variables
- matières : laine, soie, velours
- doublure : soie, fourrure, lin, blanchet
- coutures apparentes faites main

Tunique, Cotte 14-15ème
La cotte est portée par tous les statuts avant l'apparition du pourpoint vers 1360.
La longueur des vêtements se raccourcit progressivement entre le genou et mi cuisse.
Et la coupe devient plus cintrée qu'au 13e siècle sur le buste avec un évasement qui part de la taille/hanche.
Le col peut être rond, fendu ou boutonné.
Les manches peuvent être boutonnée sur les avant bras ou droites mais ajustée.
L'ampleur de la manche au dessus de l'avant bras devient de taille normal et n'est plus particulièrement ample comme au 13e siècle.

Options possibles :
- Avec ou sans doublure
- Coutures apparentes faites main
- Col rond, fendu, boutonné
- Manche simple ou boutonnée
- Fente central devant et dos

Source :
- cotte de l'homme de Bocksten
- Psautier de Luttrell
- Livre des propriétés des choses (Paris, Bibl. Sainte-Geneviève, ms. 1029°
Cale 2 parties
Cale en lin, courante à partir du 12è siècle.
Coiffe de base pour les hommes.
Peut s'attacher sous le menton.
Se porte seule ou associée à une autre coiffe (chapeau de paille, chaperon, etc).

Celle-ci est réalisée en 2 morceaux, et sera en usage du 12e au 15e siècle.

Option possible :
- Coutures apparentes faites main
- Matière : lin ou chanvre
Cape courte
Cape courte, fermée sur l'épaule par plusieurs boutons.
On la voit surtout portée par des hommes.
Elle peut être en demi cercle ou 3 quarts de cercle.
Elle apparaît durant le 14e siècle et continue à être portée au 15e siècle.

Sources :
- Regnault de Montauban, Ms-5072, f.4r (1451-1500)
- Guillaume de Machaut, BNF Fr. 1584, (1372-1377)

Options possibles :
- Avec ou sans doublure
- Type de boutons : tissu ou métallique
- Coutures apparentes faites main

Prix à partir de 85€