Boutique

Vous entrez dans une boutique qui est aussi une galerie de mon travail. 

Vous devez prendre contact pour faire un achat ou demander le prix exact d'un article. 

Un prix de départ est indiqué la majorité du temps mais il est soumis à modification en fonction des options souhaitées.


Houppelande homme
La houppelande est un surcot qui se porte durant la 2e moitié du 14e siècle jusqu'au début du 15e siècle.
Elles sont particulièrement à la mode entre 1490 et 1410.

La forme des manches évoluent, on en trouve des large droites qu'on peut replier sur le bras pour montrer la doublure et les manches du pourpoint.
Les plus emblématiques sont les manches qui s'évasent en une très large ouverture, d'autre peuvent se resserrer d'un seul coup sur le poignet.
La longueur est variable, on en trouve avec des ouvertures au col, sur toutes la longueur ou bien sans ouvertures.
Le col de la houppelande change beaucoup, de inexistant à démesuré. Au sommet de la mode il est extrêmement long jusqu'à touché le menton, voir les oreilles.
Elles peuvent être décorées d'appliques en laiton, et emblèmes.

Sources :
- Tacuinum sanitatis - Cod.Vindob. S. n.2644,folio 67r. (1390)
- La Houppelande de Jean de Görlitz

Options possibles :
- longueur, col, ouverture, manches variables
- matières : laine, soie, velours
- doublure : soie, fourrure, lin, blanchet
- coutures apparentes faites main

Surcot 15 ème
Cette robe masculine ressemble dans sa structure à un manteau.
Elle s'ouvre par devant grâce à des petits crochet dissimulés côté doublure.
Vêtement typique de la 2eme moitié de 15e siècle.
La version plissée avec fourrure correspondra à un statut noble.

Options possibles :
- Tissu extérieur : Laine ou brocart
- doublure : soie, lin
- Type de fourrure : Fausse, vrai
- Avec plis préformés aux épaules ou sans
Surcot civil 13ème noble
La cotte (tunique) se porte par dessus la chemise.
Elle est de coupe ample et possède des manches qui sont ajustée sur l'avant bras par de petits boutons.
Pour un noble, elle sera longue (chevilles) et ample, réalisée dans une laine de teinte saturée doublée de soie.
Historiquement, elle se porte blousée au niveau de la ceinture, celle-ci sera dissimuler dans les plis du tissu.
On la voit souvent fendue sur l'avant et le dos au centre.
Le col est ajusté est possède un amigaut (fente pour laisser passer la tête) qu'on vient refermer par une fibule.

Options possibles :
- Avec ou sans doublure (moins historique)
- Coutures apparentes faites main
- Diminution ou augmentation de l'ampleur totale
Chape
La chape, parfois appelée "garde corps" est un vêtement mixte qui se porte en dernière couche, par dessus une cotte.
Il existe plusieurs types de chapes, notamment des chapes liturgiques, mais ici il s'agit de la chape laïque, appelée "chape à pluie" dans les textes médiévaux.
On la trouve représentée dans tous les milieux sociaux, plus souvent portées par les hommes que les femmes.
Les manches peuvent avoir plusieurs formes :
- manches longues droites et larges
- manches à "tuyau d'orgue", faisant références à une multitude de plis à la base de la manche (plus il y a de plis, plus le statut est aisé)
- manches courtes s'arretant vers le coude, trés évasées
De nombreuses manches possèdent une ouverture, soit par une fente pratiqué sur son long, soit par une ouverture laissée au niveau de l'aisselle.
Les chapes peuvent être plus ou moins longues (du genou jusqu'aux chevilles), et fendues à l'avant ou l'arrière pour la monte à cheval.

Options possibles :
- Coutures apparentes faites main
- Avec ou sans doublure
- Différente types de manches
- Matière de la doublure : lin, fourrure, soie
- Avec ou sans capuche

Prix : à partir de 169€